SAINT-JÉRÔME – Fais les bons choix, reflète la bonne image de toi! (projet pilote Sexto)

 

L’autoexploitation juvénile consiste, pour une jeune personne, à créer et transmettre à d’autres jeunes par l’entremise d’internet des photographies ou des vidéos à caractère sexuel. L’augmentation du nombre de ces cas d’autoexploitation est notable et préoccupe de plus en plus les parents, les écoles et les Services de police. La Ville s’est donné la mission de mieux s’outiller face à ce phénomène croissant.

Pour se faire, une campagne majeure a été déployée en 2017 pour prévenir et sensibiliser les jeunes contre le sextage. Un plan de formation et une trousse d’intervention ont été remis aux intervenants scolaires. Ce matériel a été élaboré en partenariat avec les intervenants stratégiques afin d’avoir des actions légales, concertées, mais surtout rapides, et ainsi limiter les situations de sextage.

Parallèlement, des intervenants des divers milieux ont rencontré des jeunes et leur ont remis des outils promotionnels pour les informer sur leurs droits et responsabilités, les dangers des médias sociaux, les impacts de l’autoexploitation et la diffusion de sextos.

Un langage distinctif a été choisi pour parler aux jeunes filles et aux garçons, car ils ne perçoivent pas le sextage de la même façon. Par exemple, la rencontre à l’école a pris un angle spécifique pour les filles. De là a été pensé l’événement : Prendre un thé avec une policière. Les étudiantes étaient assises aux tables avec une policière et une procureure, ce qui favorisait la confiance.

La campagne Sexto du Service de police de la Ville de Saint-Jérôme est une première au Canada appuyée autant par  la Sûreté du Québec, le Centre canadien de protection pour l’enfance et le DPCP de Terrebonne que le CAVAC, l’Académie Lafontaine et la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord.

PRIX COUP DE COEUR DU JURY du Mérite Ovation municipale 2018

Suivez-nous