MONTRÉAL ET SPVM – Le modèle d’intervention policière auprès des aînés maltraités (IPAM)

 

 

Les policiers étaient et sont appelés à intervenir dans des situations de maltraitance envers les aînés, à domicile ou en milieu d’hébergement. Comme la majorité des premiers répondants, ils n’avaient pas d’approche standardisée pour détecter les aînés victimes de maltraitance. De 2013 à 2016, la Section de la recherche et de la planification du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées de l’Université de Sherbrooke ont développé conjointement le modèle d’intervention policière auprès des aînés maltraités (IPAM).

Depuis mai 2016, tous les policiers et les enquêteurs du SPVM appliquent ce modèle sur l’ensemble du territoire. Ils sont formés et outillés pour le faire. Ils traitent tous les cas de maltraitance, qu’ils soient de nature criminelle ou non. Ils rédigent un rapport d’incident même si le plaignant ne désire pas porter plainte. Avec le consentement des victimes, ils réfèrent chacune d’entre elles à des ressources afin qu’elle reçoive l’aide et le suivi appropriés. Ces victimes sont prises en charge par les intervenants des centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC), des centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS) et par les travailleurs de milieu. Ce partenariat améliore les interventions et les suivis. Il permet de tisser un filet de sécurité plus serré autour des aînés maltraités en leur offrant un service plus en harmonie avec leurs besoins.

Finaliste du Mérite Ovation municipale 2017