Partager

Un appel au développement d’un « Plan Sud pour le Québec »

Publié le 3 décembre 2021

Le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ), le Centre de la science de la biodiversité du Québec (CSBQ), la Chaire de recherche du Canada en économie écologique de l’Université du Québec en Outaouais, la Chaire Liber Ero en biologie de conservation de l’Université McGill et le Réseau de milieux naturels protégés (RMN) lancent aujourd’hui le livre blanc « Un Plan Sud pour le Québec ». Résultat d’une large consultation effectuée auprès de plus de 200 parties prenantes, ce dernier propose un ensemble de recommandations pour accélérer la protection des  naturels situés au sud du 49e parallèle, où se situe la majorité de la biodiversité québécoise.

La protection environnementale du sud du Québec est d’autant plus importante qu’il est désormais
reconnu que les changements climatiques et la perte de la biodiversité sont des phénomènes interdépendants. En effet, la biodiversité et les milieux naturels offrent des services écosystémiques essentiels aux êtres humains (purification de l’air, gestion de l’eau, etc.) et nous permettent de lutter contre les changements climatiques, en augmentant notamment notre résilience aux intempéries naturelles (vagues de chaleur, pluies diluviennes, etc.). Près du tiers des efforts requis pour l’atténuation des changements climatiques passeraient par l’application de solutions fondées sur la nature. 

Face à ces constats, le livre blanc « Un Plan Sud pour le Québec » propose un ensemble de
recommandations pour accélérer la protection au sud du 49e parallèle. Elles visent notamment à :

  • Fixer des cibles intérimaires de conservation en 2022 et 2025 en vue d’atteindre l’objectif du gouvernement du Québec de protéger 30 % du territoire terrestre en 2030, en s’assurant
    que tous les écosystèmes au sud du 49e parallèle sont représentés ;
  • Simplifier la conservation de milieux naturels, notamment en terres privées, très présentes
    dans le sud du Québec ;
  • Intégrer la conservation de la biodiversité dans l’aménagement du territoire à tous les
    niveaux (Orientation gouvernementale en matière d’aménagement du territoire, plans
    métropolitains, schémas d’aménagement des municipalités régionales de comté, zonages
    municipaux, etc.) ;
  • Mieux outiller les municipalités dans leurs efforts de conservation (création de nouveaux
    outils fiscaux, offre de plus de protection juridique aux municipalités qui souhaitent protéger les milieux naturels, etc.).

Consulter le livre blanc

Suivez-nous