Partager

Stratégie de valorisation de la matière organique –
Ambitieuse et réalisable à condition d’un financement adéquat aux municipalités, selon l’UMQ

Publié le 3 juillet 2020

Montréal, le 3 juillet 2020 — L’Union des municipalités du Québec (UMQ) juge ambitieux, mais réalisable, l’objectif de 100 % de collecte des matières organiques à la grandeur du territoire d’ici 2025, tel qu’annoncé par le gouvernement du Québec dans sa nouvelle Stratégie de valorisation de la matière organique, à condition d’un financement adéquat. Heureuse de constater la volonté gouvernementale d’accélérer les changements, l’UMQ rappelle que le déploiement de la Stratégie doit se faire en partenariat étroit avec les municipalités.

« Les municipalités gèrent les matières organiques depuis des années. Des dizaines de projets de valorisation des matières organiques ont été mis sur pied partout au Québec. L’annonce du gouvernement entretient des objectifs ambitieux qui ne pourront se réaliser sans le concours des gouvernements de proximité et l’investissement des moyens et sommes nécessaires. L’UMQ voit la Stratégie dévoilée aujourd’hui comme un engagement ferme du gouvernement à mettre en place un partenariat avec les gouvernements de proximité et à soutenir financièrement l’atteinte des objectifs de valorisation des matières organiques », a déclaré madame Suzanne Roy, présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie.

Pour l’UMQ, la Stratégie du gouvernement du Québec tiendra compte des particularités régionales de chaque municipalité.

« Le déploiement sera complexe et devra s’harmoniser aux différences de chaque région. Nous percevons l’annonce d’aujourd’hui comme un engagement ferme du gouvernement à financer adéquatement les responsabilités croissantes des municipalités dans la gestion et la valorisation des matières organiques », a conclu monsieur André Bellavance, président de la Commission de l’environnement de l’UMQ et maire de Victoriaville.

La Stratégie prévoit de nouveaux objectifs pour les différentes parties prenantes. Parmi les éléments que l’UMQ surveillera, mentionnons entre autres :

  • L’importance de s’assurer que la redistribution de la redevance à l’élimination des matières résiduelles permette la mise en œuvre des objectifs municipaux;
  • L’intégration des industries, commerces et institutions, qui va générer une importante hausse de matières sur le territoire québécois. Le développement des installations et des débouchés devra se faire au même rythme que le déploiement de la collecte, si l’on veut éviter que celle-ci ne se retrouve ultimement à l’enfouissement;
  • Les coûts de projets dans le contexte économique actuel;
  • Les réalités différentes que connaîtra la mise en œuvre de la Stratégie selon les régions à faible densité ou à forte densité, où les coûts de transport et de projets et le cadre bâti varient beaucoup.

Suivez-nous