Partager

Stratégie de l’économie bleue du Canada

Publié le 9 février 2021

La ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, l’honorable Bernadette Jordan, a officiellement lancé la phase d’engagement visant à élaborer la Stratégie de l’économie bleue du Canada. Que ce soit en ayant recours à de nouveaux produits et à de nouvelles technologies, permettant d’améliorer la durabilité de l’industrie de la pêche commerciale, en explorant des énergies renouvelables en mer, pour réussir la transition vers la carboneutralité, en encourageant le tourisme durable dans les régions côtières, en accroissant le commerce international, ou en élaborant de nouvelles technologies et méthodes écologiques dans les domaines liés aux océans, tous les Canadiens ont un intérêt direct à trouver des moyens de faire croître de façon responsable et durable nos secteurs océaniques.

Pour lancer cet engagement, la Ministre animera une série de tables rondes virtuelles avec des innovateurs dans le domaine des océans, des universitaires, des femmes, des dirigeants du monde entier, et des représentants des industries de la pêche et de l’aquiculture. Pêches et Océans Canada (MPO) a inauguré un site Web consacré à la Stratégie de l’économie bleue, où les Canadiens seront invités à exprimer leurs points de vue et à fournir leurs commentaires. L’engagement se poursuivra jusqu’au 15 juin 2021; et les commentaires reçus serviront à éclairer l’élaboration de cette stratégie pangouvernementale, qui sera publiée à la fin de l’automne. La Stratégie de l’économie bleue du Canada devrait contribuer à la durabilité des océans, stimuler l’investissement dans nos industries océaniques, et créer des emplois dans les collectivités côtières, alors que le Canada prépare sa reprise économique dans la foulée de la pandémie de COVID-19.

Plus de sept millions de personnes vivent sur les côtes canadiennes, et nos industries océaniques contribuent chaque année à hauteur de 31,7 milliards de dollars au PIB du Canada. Grâce à nos vastes espaces océaniques et à notre capacité de recherche océanique considérable, nous sommes dans une position enviable pour exploiter encore davantage le potentiel de croissance des océans dans les années à venir ─ et les consultations constituent la première étape de cet important processus.

Source

Suivez-nous