Partager

Sommet sur le transport ferroviaire –
Le gouvernement du Québec répond aux demandes de l’UMQ

Publié le 9 décembre 2019

Drummondville, le 9 décembre 2019 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) dresse un bilan positif du Sommet sur le transport ferroviaire, organisé aujourd’hui par le ministère des Transports du Québec. Elle entend participer activement aux différents chantiers de travail lancés à cette occasion pour faire en sorte que le transport ferroviaire des personnes et des marchandises redevienne un mode de transport hautement concurrentiel.

« Réponse directe à la Déclaration de Trois-Rivières, adoptée en 2018 lors du Forum municipal sur le transport ferroviaire de l’UMQ, le Sommet du gouvernement du Québec a permis d’élever les enjeux ferroviaires au rang de priorité nationale et de jeter les bases d’une véritable stratégie ferroviaire pour le Québec. Nous sommes heureux de constater qu’un consensus se forme autour des priorités des municipalités et nous offrons notre pleine collaboration au ministre François Bonnardel pour que les engagements annoncés aujourd’hui se traduisent par des résultats tangibles au bénéfice de nos communautés et de nos régions », a déclaré la présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy, qui espère constater des avancées sur le sujet lors du dépôt du prochain budget en mars 2020.

« Le leadership exercé depuis plus d’un an par l’UMQ et son Comité sur le transport ferroviaire pour améliorer l’efficacité, l’intermodalité et la sécurité du transport par rail ont porté leurs fruits. Les membres du Comité seront à pied d’œuvre au cours des prochains mois afin que le Sommet débouche rapidement sur la mise en place d’actions ciblées », a ajouté monsieur Jean-Maurice Matte, président du Comité sur le transport ferroviaire de l’UMQ et maire de Senneterre.

Plusieurs des mesures annoncées à l’issue du Sommet rejoignent les recommandations formulées par l’UMQ lors des consultations gouvernementales. Parmi les principales, mentionnons entre autres :

  • Mise en place du Programme de soutien aux infrastructures de transport ferroviaire et à l’intermodalité;
  • Remise en place du Programme visant la réfection et l’amélioration des passages à niveau;
  • Actualisation et bonification du cadre d’intervention en transport ferroviaire de la Politique de mobilité durable 2030;
  • Représentations auprès du gouvernement fédéral pour négocier une nouvelle entente Canada-Québec sur le transport ferroviaire afin d’améliorer les infrastructures de transport ferroviaire des chemins de fer d’intérêt local (CFIL);
  • Appui aux acteurs de la chaîne logistique dans la mise en place de centres de transbordement.

L’UMQ rappelle que le transport par rail constitue un outil significatif pour lutter contre les changements climatiques et permettre au Québec d’atteindre ses cibles de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Le train offre en effet un transport de masse, sur de longues distances, tout en générant une faible empreinte écologique. Une étude inédite commandée par l’UMQ sur les coûts du transport routier sur plusieurs routes et autoroutes au Québec révèle par ailleurs que quelque 153 000 camions lourds immatriculés au Québec ont consommé, en 2018, environ 3,6 milliards de litres de carburant.

Suivez-nous