Partager

Résilience : apprendre du passé

Publié le 16 février 2021

C’est particulièrement important pour les villes d’apprendre des désastres passés. Car c’est là que se concentrent les plus grands risques de catastrophes découlant des changements climatiques — inondations, canicules, verglas. Si des infrastructures ou des services essentiels flanchent, des centaines de milliers de personnes sont touchées en même temps. Une bonne raison d’apprendre aux villes à devenir résilientes. C’est là l’objectif du laboratoire de la professeure à l’ENAP Marie-Christine Therrien.

Pour en savoir plus, consultez l’article publié à ce sujet sur Unpointcinq.ca, le média de l’action climatique au Québec.

https://umq.qc.ca/wp-content/uploads/2019/10/logoupcbaseline-1024x281.jpg

Suivez-nous