Le Réseau des Femmes d’affaires du Québec à la recherche de « Leaders d’inclusion »

Longueuil, le 17 octobre 2017 – Le Réseau des Femmes d’affaires du Québec (RFAQ) profite de la campagne électorale pour inviter les élus municipaux à mettre en place une pratique exemplaire qui pourrait contribuer considérablement à relancer l’économie respective de nos villes et municipalités du Québec. Le RFAQ sollicite les élus à prendre l’engagement de mettre sur pied un programme d’inclusion visant à s’assurer qu’un plus grand nombre d’entreprises, appartenant à des femmes et à des gens issus des minorités, fassent partie des sources d’approvisionnement de leurs villes.

L’exemple de la ville de Toronto

Première ville au Canada à se doter d’un programme d’inclusion pour ses approvisionnements, la ville de Toronto a innové et elle s’en réjouit. Depuis 18 mois, son programme lui permet de stimuler le développement économique sur son territoire, tout en visant toujours l’achat de produits et services au meilleur prix. Le maire de Toronto, John Tory, espère que son initiative encouragera d’autres organisations publiques à suivre son exemple. « Comme l’a montré la ville de Toronto, l’appui aux entreprises de la diversité peut avoir des effets considérables sur l’économie de la municipalité », notent les auteurs d’une récente recherche du Conference Board.

Des avantages incontestables

En effet, le Conference Board du Canada a effectué une recherche mettant en lumière les nombreux avantages commerciaux qu’offre la diversification des fournisseurs : «…une amélioration de la satisfaction de la clientèle et une augmentation des profits; une amélioration de la satisfaction des effectifs et du maintien en poste; une chaîne d’approvisionnement plus solide et de nouveaux marchés pour leurs produits.» La présidente du Réseau des Femmes d’affaires a d’ailleurs participé à cette étude pour rappeler combien il est important que davantage de grandes organisations adhèrent à cette nouvelle culture d’affaires. Populaires aux États-Unis depuis les années ’60, ces programmes d’inclusion/diversité sont pourtant peu présents au Québec et au Canada.

À la recherche de « Leaders d’inclusion »

Une société prospère est une société qui crée un environnement permettant à chacun de développer son plein potentiel. Les programmes d’inclusion permettent en effet à des entreprises dites « minoritaires » de rivaliser à armes égales avec des fournisseurs déjà établis, en soumissionnant pour des contrats au sein de chaînes d’approvisionnement de grandes entreprises et d’organismes publics. « Il faut maintenant trouver et convaincre des « Leaders d’inclusion », des organisations qui se feront les champions de cette pratique d’affaires plus inclusive. J’invite donc les futurs élus à prendre position et à faire partie du changement en relevant le défi de cette façon innovante de développer leur communauté et notre économie» a conclu Ruth Vachon, du RFAQ.

Pour plus d’information