Partager

Rentrée parlementaire à Ottawa –
L’UMQ fait connaître ses priorités

Publié le 26 janvier 2020

Montréal, le 26 janvier 2020 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) profite de la rentrée parlementaire cette semaine à Ottawa pour faire connaître ses priorités en matière de lutte et d’adaptation aux changements climatiques et de relations Canada-municipalités. Avec comme objectif le dépôt d’un budget qui comprendra des mesures spécifiques pour les gouvernements de proximité, la porte-parole des municipalités encourage le gouvernement du Canada à investir dans les localités afin de construire des milieux de vie résilients, en mesure de répondre aux défis de la mobilité durable par une nouvelle offre en transport en commun.

« Les élues et élus des gouvernements de proximité ont de grandes attentes vis-à-vis leurs homologues d’Ottawa. Alors que le gouvernement du Canada a indiqué sa volonté de poursuivre ses investissements, l’UMQ demande que les efforts du prochain budget se concentrent sur la lutte aux changements climatiques, la construction de milieux de vie résilients et le rattrapage nécessaire dans le financement des infrastructures municipales », a déclaré d’entrée de jeu madame Suzanne Roy, mairesse de Sainte-Julie et présidente intérimaire de l’UMQ.

Rappelant les importants besoins financiers des municipalités pour adapter leurs infrastructures aux changements climatiques, 4 milliards $ sur cinq ans selon la plus récente étude sur le sujet, l’UMQ souhaite s’assoir rapidement avec le gouvernement pour trouver une solution de financement à long terme qui dépasse les programmes actuels.

De gouvernement à gouvernement

Soucieuse de resserrer les liens entre les municipalités québécoises et le gouvernement canadien, l’UMQ invite les parlementaires à reconnaître l’autonomie des gouvernements de proximité.

« Sur une foule d’enjeux, les municipalités sont en première ligne. Prenons par exemple la lutte contre les changements climatiques, dans laquelle le monde municipal a un rôle crucial à jouer. Pour réussir efficacement la transition climatique ou l’amélioration des services directs aux citoyennes et aux citoyens, il faut que les municipalités et le gouvernement du Canada se parlent de gouvernement à gouvernement. La reconnaissance de l’autonomie municipale, c’est la garantie d’un meilleur partenariat avec le Canada pour le mieux-être de nos communautés », a conclu Madame Roy.

Suivez-nous