Partager

Relance de l’économie –
La forêt fait partie de la solution, selon l’UMQ

Publié le 17 juin 2020

Montréal, le 17 juin 2020 — Aujourd’hui, les membres du Comité sur la forêt de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont rencontré par visioconférence le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, monsieur Pierre Dufour, pour discuter de la relance du secteur forestier, mais aussi des opportunités de développement, dont la serriculture.

«Les mesures de confinement occasionnées par la COVID-19 ont eu des effets dans toutes les régions et tous les secteurs de l’économie. L’industrie forestière n’a pas été épargnée et cela a entraîné des impacts considérables partout au Québec. On a vu un ralentissement de la production dans les scieries et les papetières, et aussi des fermetures d’usines. Lorsqu’une région est dépendante d’un ou de quelques secteurs d’activités, ça fait mal. Il faut le rappeler, le secteur forestier génère des retombées économiques dans plus de 900 municipalités au Québec, dont 152 sont dépendantes du secteur forestier», a souligné la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

Les membres du comité ont porté à l’attention du ministre Pierre Dufour certains enjeux qui poseront des défis pour les régions forestières à court et moyen terme et qui s’additionneront aux contrecoups déjà engendrés par la relance. 

« Les enjeux sont multiples pour la forêt privée et publique. On a juste à penser à la révision du régime forestier, au conflit sur le bois d’œuvre, au caribou forestier, aux travaux sylvicoles, à la tordeuse des bourgeons de l’épinette ou à la construction en bois, et cela, dans un contexte où l’aménagement durable de notre forêt devient un outil précieux pour lutter contre les changements climatiques. Il faut assurer la pérennité de notre ressource, mais surtout la vitalité et la survie de nos communautés et de nos régions», a souligné pour sa part le président du Comité sur la forêt de l’UMQ et maire de Val-d’Or, monsieur Pierre Corbeil.

Dernièrement, l’UMQ a déposé un plan de relance municipal comprenant une mesure relative à la serriculture. Le Comité sur la forêt en fait l’une de ses priorités dans le contexte de la relance.

«Pour une plus grande souveraineté alimentaire, il faut plus de serres au Québec. L’industrie forestière doit y contribuer, en valorisant les rejets thermiques pour chauffer les serres. Le gouvernement du Québec a annoncé dernièrement qu’il souhaitait doubler la superficie des serres au Québec, c’est une excellente nouvelle! Le modèle de Saint-Félicien peut être inspirant à cet égard », a conclu Monsieur Corbeil.

L’UMQ souhaite que le gouvernement du Québec annonce ses intentions pour le secteur forestier lors de la mise à jour économique du 19 juin prochain.

Plan de relance économique municipal et impacts financiers de la COVID-19

Le Plan de relance économique municipal de l’UMQ s’appuie sur quatre axes stratégiques d’intervention : le développement durable, la mise en chantier des projets d’infrastructure, la vitalité des municipalités et des régions et le soutien aux commerces de proximité et aux entreprises. Le plan de relance a été élaboré de concert avec les municipalités membres de l’Union, mais également avec plusieurs partenaires économiques d’importance.

L’UMQ rappelle que la crise de la COVID-19 a entraîné des impacts financiers majeurs pour les municipalités. Malgré une gestion rigoureuse de leurs budgets, celles-ci doivent faire face à la fois à une baisse substantielle de leurs revenus et à une augmentation significative de leurs dépenses. On estime en effet entre 852 millions $ et 1,2 milliard $ les pertes financières que devront absorber les municipalités québécoises d’ici la fin de 2020.

Suivez-nous