Réforme d’Investissement Québec –
Pas de mur-à-mur pour le développement économique régional, rappelle l’UMQ

Montréal, le 12 juin 2019 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) salue la volonté du gouvernement du Québec de faciliter le développement économique régional et prend acte des nouveaux pouvoirs que le projet de loi 27, Loi concernant principalement l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation, accorde au ministre de l’Économie et de l’Innovation. L’UMQ rappelle cependant que la recette du mur-à-mur pour le développement économique régional est contreproductive, et que les municipalités sont les mieux placées pour connaître les besoins des territoires et structurer une chaîne de soutien à l’entrepreneuriat et aux entreprises.

« Plusieurs régions ont déjà des organismes qui créent des conditions favorables au développement économique de leurs milieux, par la promotion de l’entrepreneuriat et de l’innovation, l’attraction d’investissements étrangers et l’accompagnement de nouveaux entrepreneurs dans le démarrage de leurs projets d’affaires. Dans le cadre d’une réforme d’Investissement Québec, le déploiement en région et la création de nouvelles structures devront prendre en compte cette réalité et se faire à géométrie variable, en fonction des besoins des milieux et des structures régionales existantes », explique monsieur Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville.

L’UMQ rappelle que les organismes municipaux de développement économique détiennent aussi un savoir-faire qu’il ne faut ni mésestimer ni ignorer.

« C’est simple, l’ambition du gouvernement du Québec rencontre des partenaires solides en la personne des municipalités si le déploiement des bureaux régionaux d’Investissement Québec reconnaît leur rôle dans le développement économique de nos régions », ajoute Monsieur Cusson, qui prend pour exemple le dynamisme de la Société de développement économique de Drummondville.

Finalement, l’UMQ constate que le ministre de l’Économie et de l’Innovation, monsieur Pierre Fitzgibbon, se dote des pleins pouvoirs en matière de planification économique.

« On peut dire sans se tromper qu’avec ce projet de loi, monsieur Fitzgibbon deviendra le premier banquier du Québec. C’est une lourde responsabilité, que nous lui proposons de partager avec les municipalités. La condition de la réussite économique du Québec n’est pas le mur-à-mur, mais bien la flexibilité. Nous lui tendons la main », a conclu monsieur Cusson.

L’UMQ analysera plus en détail le projet de loi 27 et fera valoir le point de vue des municipalités dans le cadre des consultations particulières à venir.