Partager

Réforme d’Investissement Québec –
L’UMQ demande le respect des compétences municipales en matière de développement économique régional

Publié le 26 septembre 2019

Québec, le 26 septembre 2019 – En commission parlementaire aujourd’hui sur le projet de loi no 27, Loi concernant principalement l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a attiré l’attention des élues et élus de l’Assemblée nationale sur l’importance du respect des compétences municipales en matière de développement économique régional. Accueillant favorablement la réforme d’Investissement Québec, les municipalités demandent au législateur d’assurer la complémentarité des outils de développement économique régionaux et locaux et de valoriser le savoir-faire municipal en la matière.

Non au mur-à-mur dans les régions du Québec

L’UMQ a attiré l’attention des parlementaires sur l’importance d’éviter le mur-à-mur dans les interventions du gouvernement du Québec en développement économique régional. « L’intention du gouvernement est la bonne : stimuler la croissance partout dans nos régions en misant sur nos forces et l’accompagnement personnalisé. La réforme proposée doit donc, d’abord et avant tout, combler là où c’est nécessaire les carences dans l’offre de services. Ce qui ne fonctionne pas, perfectionnons-le. Ce qui fonctionne, gardons-le », a déclaré monsieur Daniel Côté, premier vice-président de l’UMQ et maire de Gaspé, à sa sortie de la commission parlementaire.

Craignant le dédoublement dans l’offre de services ou la subordination des organismes municipaux envers les antennes régionales d’Investissement Québec, l’UMQ réclame que le rôle de chacun des intervenants économiques dans le soutien aux entreprises soit clairement établi dans la loi. Dans la même logique, le ministère de l’Économie et de l’Innovation doit reconnaître formellement le rôle et le mandat assumé par les organismes municipaux de développement.

L’expertise municipale en développement économique

Convaincu que l’expertise municipale est essentielle à la réussite économique du Québec, l’UMQ souhaite que le principe de subsidiarité – la responsabilité d’une action publique doit revenir à l’entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action – soit formellement reconnu et que les comités de développement prévus au projet de loi accueillent des représentants du monde municipal. « L’inclusion des municipalités dans les décisions stratégiques de développement économique local serait un fort signal de l’importance qu’accorde le gouvernement du Québec aux régions. Nous croyons fermement que nous pouvons faire la différence. Les municipalités et les organismes municipaux de développement peuvent apporter une fine compréhension de leur collectivité, tout en permettant la mise en place de synergies entre la planification et le soutien au développement », a conclu Denis Martin, maire de Deux-Montagnes et président de la Commission sur le développement économique de l’UMQ.

Le mémoire intégral de l’UMQ sur le projet de loi 27 est disponible sur le site Web de l’Union.

Suivez-nous