Partager

Projet de loi 61 : Loi visant la relance de l’économie du Québec –
Un projet de loi nécessaire, soutient l’UMQ

Publié le 11 juin 2020

Montréal, le 11 juin 2020 — L’Union des municipalités du Québec (UMQ) demande aujourd’hui aux parlementaires de l’Assemblée nationale du Québec de collaborer et de poursuivre leur travail en vue de l’adoption du projet de loi 61 pour la relance de l’économie du Québec. Ce projet de loi instaure des mesures d’allègement et de simplification pour mettre en chantier plus de 200 projets structurants dans toutes les régions du Québec.

« Tout le monde en convient, pour une relance réussie, il faut miser sur les infrastructures. C’est le premier véhicule. Dans le plan de relance de l’UMQ, on parle de simplification, d’allègement et de réduction dans les délais. On parle aussi d’accélération des projets de transport collectif et de voirie locale. On ne peut pas attendre à l’automne, c’est maintenant qu’il faut passer à l’action, et cela, partout au Québec. Il ne faut pas l’oublier, le contexte est exceptionnel, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain », a soutenu la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

« Ce projet de loi est nécessaire afin d’accélérer la réalisation de projets d’infrastructures névralgiques pour Montréal et le Québec, alors que la métropole amorce un rattrapage historique en matière de transport collectif. Il est important que les parlementaires puissent poursuivre leurs travaux au-delà de la fin de session habituelle, afin d’étudier et de bonifier le projet de loi 61 dans les prochaines semaines », a déclaré la mairesse de Montréal, madame Valérie Plante.

« Nous sommes d’accord avec l’intention du gouvernement. Il faut brasser les choses dans cette période de crise sanitaire, et ce en tout respect du développement durable et de l’environnement comme nous le faisons à Québec avec le réseau de transport structurant », a souligné le maire de Québec, monsieur Régis Labeaume.

« La relance sera plus ardue pour les régions du Québec. Souvent, elles dépendent d’une ou de quelques secteurs d’activités. C’est pourquoi la mise en chantier des projets d’infrastructures, notamment en éducation et en santé, devient une question de vitalité et de survie pour nos régions », ont soutenu conjointement le premier vice-président de l’UMQ et maire de Gaspé, monsieur Daniel Côté, le président du Caucus des grandes villes de l’UMQ et maire de Gatineau, monsieur Maxime Pedneaud-Jobin, le président du Caucus des municipalités de centralité de l’UMQ et maire de Senneterre, monsieur Jean-Maurice Matte, le président du Caucus des cités régionales de l’UMQ et maire de Thetford Mines, monsieur Marc-Alexandre Brousseau, et le président du Caucus des municipalités locales de l’UMQ et maire de Saint-Donat, monsieur Joé Deslauriers.

Pour l’UMQ, les amendements déposés par le gouvernement du Québec vont dans la bonne direction, particulièrement au niveau environnemental et de la gestion contractuelle.

« Le projet de loi est perfectible, on en convient. Cependant, nous avons confiance que les parlementaires seront en mesure d’apporter les modifications nécessaires lors de l’étude détaillée tout en tenant compte du caractère urgent de la situation », a conclu la présidente de l’UMQ.

Rappelons que l’UMQ a lancé récemment un Plan de relance économique municipal. Le document s’appuie sur quatre axes stratégiques d’intervention : le développement durable, la mise en chantier des projets d’infrastructure, la vitalité des municipalités et des régions et le soutien aux commerces de proximité et aux entreprises. Le plan de relance a été élaboré de concert avec les municipalités membres de l’Union, mais également avec plusieurs partenaires économiques d’importance.

Suivez-nous