Partager

Participation à une étude sur les raisons motivant les abattages d’arbres urbains

Publié le 23 juin 2022

Chaque année des milliers d’arbres urbains sont abattus pour différentes raisons, incluant bien-sûr le dépérissement et la maladie. Cependant, alors que nous prenons conscience de l’importance de ces arbres pour notre propre bien-être et santé, nous avons paradoxalement très peu d’information sur ces arbres, et notamment les autres raisons qui motivent ces abattages.

Est-ce que l’abattage aurait pu être prévenu, par exemple en agissant sur les causes?

En collaboration avec quelques arrondissements de la ville de Montréal, municipalités du Québec, et le Centre d’étude de la Forêt, ce projet de la Chaire de recherche sur la forêt urbaine vise à tenir un registre des abattages dans les villes participantes, dans le but d’acquérir des connaissances sur les raisons qui les motivent, et éventuellement proposer des solutions.

Le projet est en place depuis plusieurs mois et le portail bien rodé. Nous désirons donc passer à la phase deux et recruter plus de villes participantes à cette étude. 

Mais tout d’abord, quelques résultats préliminaires.

Avec la participation de 7 arrondissements de Montréal ou villes de la région montréalaise, près de 1600 abattages comptabilisés, totalisant 164 espèces et 45 raisons d’abattages différentes, quelques patrons intéressants se dégagent déjà (à noter que les frênes victimes de l’agrile ne sont pas inclus dans ce cours bilan). Sans étonnement, c’est 73% des arbres hors-rue, et 60% en rue qui sont abattus en raison de maladies ou de dépérissement. Ils ont un diamètre moyen de seulement 27cm hors-rue, mais 46cm en rue. Environ 10% sont retirés par suite d’un mauvais entretien; ces arbres sont petits (<10cm) et probablement abattus rapidement après plantation. Environ 12% sont abattus en raison de blessures, surtout d’origine naturelle (très gros arbres) mais quelques 4% le sont en raison de causes humaines (22cm en moyenne). Alors que peu d’arbres sont abattus pour faire place à des aménagements hors-rue, les abattages sur rue comptent pour 12% et portent sur des arbres de plus de 50cm en moyenne.

Ces résultats préliminaires nous permettent déjà de conclure qu’un nombre non négligeable d’arbres sont abattus pour des raisons qui aurait potentiellement pu être évitées (blessures d’origine humaine, manque d’entretien, certains aménagements, …). Aussi, qu’en général les raisons motivant ces abattages sont très variées (à noter que nous n’avons présenté ici que le premier niveau dans la hiérarchie des raisons d’abattage – la base de données est bien plus détaillée).

Nous sollicitons donc maintenant la participation d’un plus grand nombre de municipalités au projet pour préciser ces résultats. Nous sommes bien conscients que c’est une tâche qui s’ajoute à des horaires déjà bien chargés, mais nous croyons que cette connaissance (qui sera bien sûr partagée) sera très utile aux décideurs et aménagistes pour prendre de meilleures décisions visant à obtenir une forêt urbaine en meilleure santé et plus résiliente face aux changements globaux.

Aussi, nous avons mis en place un portail d’entrée de données performant, qui s’adapte à votre réalité en offrant plusieurs modes d’entrée de données.

Pour plus de détails ou des questions, n’hésitez pas à nous contacter! Et merci pour votre intérêt.

paqlab.uqam.ca | chaireforeturbaine.uqam.ca (en construction)
[email protected]

Suivez-nous