Partager

Nouveau numéro du magazine Continuité

Publié le 6 janvier 2021

À Saint-Jean-de­ l’île-d’Orléans, des citoyens ont eu l’idée d’appliquer le principe du calendrier de l’avent au patrimoine. Chaque soir du 1er au 24 décembre, on y éclaire un nouveau bâtiment à l’aide d’une grosse lanterne rouge. Puis, de la veille de Noël à la fête des Rois, toutes les lumières brillent à l’unisson dans la nuit. Cette initiative et les activités qui s’y greffent dynamisent le village à un moment de l’année où les rues resteraient désertes autrement. Ici, la valorisation d’une poignée de maisons anciennes donne aux gens l’envie d’aller dehors, de profiter de l’hiver.

D’autres occasions permettent également de conjuguer patrimoine et amour de la saison froide. Qu’on pense à tous ces sports et loisirs qui s’ancrent profondément dans notre histoire et comptent toujours de nombreux adeptes : raquette, canot à glace, traîneau à chiens, motoneige, pêche blanche, etc. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, où il convient de renoncer à plusieurs activités intérieures, parions que les Québécois seront encore plus heureux qu’à l’habitude de perpétuer ce patrimoine vivant qui les fait bouger et prendre l’air.

D’où l’idée du magazine Continuité de consacrer le dossier de son numéro d’hiver à la relation qui unit notre héritage collectif aux longs mois où les températures chutent sous zéro. On y explore le legs autochtone lié à cette période de l’année ainsi que la manière dont la neige et le froid ont influencé notre manière de construire, de nous déplacer et de nous divertir, notamment. Un sujet d’intérêt puisque les solutions que nous avons développées pour nous adapter à ces conditions extrêmes de même que les traditions auxquelles elles ont donné naissance font partie de ce qui définit la culture québécoise. Bref, le magazine vous convie à un tour d’horizon du patrimoine de l’hiver, comme un plaidoyer en faveur de cette saison qui a forgé notre identité.

Pour en savoir plus

Suivez-nous