Myriophylle à épis: quels enjeux pour les municipalités?

Montréal, le 26 février 2019 – Les municipalités se préoccupent de plus en plus des impacts du myriophylle à épis présent dans un nombre grandissant de lacs et de rivières du Québec. Pour avoir un portrait plus clair de ce phénomène de « plante zombie », l’UMQ tiendra, le 29 mars prochain à 10h, un webinaire gratuit pour ses membres.

Cette conférence Web, animée par monsieur Claude Lavoie, professeur titulaire et directeur de l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional (ÉSAD) de l’Université Laval, permettra afin de bien cerner la problématique et les enjeux de cette invasion biologique, ainsi que les moyens permettant de freiner la prolifération de cette plante.

Le myriophylle à épis est une plante aquatique introduite en 1940 en Amérique du Nord en provenance de la Chine ou de la Corée du Sud. Il pousse sous l’eau et produit rapidement des herbiers très denses ayant des effets environnementaux potentiellement importants, mais encore peu étudiés. Le myriophylle nuit aux activités récréatives telles que la baignade, la pêche et la navigation de plaisance. Il peut engendrer une dépréciation de la valeur foncière des résidences d’un lac infesté.  

Rappelons qu’en juillet dernier, le Caucus des municipalités locales de l’UMQ et des représentants de plus d’une vingtaine d’organisations concernées par la problématique de la propagation et de la prolifération du myriophylle à épis avaient lancé une mobilisation sans précédent pour contrer cette espèce exotique envahissante. Cet appel avait mené le gouvernement du Québec à annoncer, deux jours plus tard, un investissement de 8 millions $ pour lutter contre les plantes exotiques envahissantes.

Inscrivez-vous sans tarder!

Pour plus d’information