Partager

Mario Laframboise, 45e président de l’UMQ

Mario Laframboise est né le 7 novembre 1957 à Notre-Dame-de-la-Paix. Complétant son parcours en droit à l’Université de Montréal, il devient notaire, avant de faire rapidement le saut en politique municipale. Il est élu maire de sa ville natale en 1983, et fera son entrée à l’UMQ dès 1988.

D’abord administrateur, il gravit peu à peu les échelons de l’Union, occupant tour à tour les fonctions de trésorier, vice-président, puis finalement de président, de 1997 à 2000. Son mandat à la présidence est fortement marqué par le projet de fusions municipales proposé par le premier ministre Lucien Bouchard, et par la Commission Bédard sur les finances et la fiscalité locale. Débutant en 1998, la Commission ne déposera le rapport final, communément appelé le « Pacte 2000 », qu’en 1999, ce qui pousse les administrateurs de l’UMQ à prolonger le mandat de Laframboise d’un an, question d’assurer une continuité dans les négociations.

Lorsque le dépôt du rapport est effectué, rapport se prononçant en faveur des fusions municipales obligatoires pour pallier les inégalités fiscales et pour augmenter l’efficacité du secteur public, l’UMQ y voit plusieurs problèmes. Le rapport recommande notamment de créer des instances supramunicipales qui centralisent certains des pouvoirs que possèdent les municipalités, ce qui, aux yeux de l’UMQ, n’aide en rien à alléger la bureaucratie et à améliorer l’efficacité. Les négociations qui suivront entre l’UMQ et la ministre des Affaires municipales Louise Harel seront très tendues. L’Union, avec Laframboise à sa tête, tentera tant bien que mal de favoriser une réforme de la fiscalité plutôt que des fusions obligatoires, mais les négociations stagnent et le lien de confiance entre l’UMQ et le gouvernement provincial en est directement atteint. Dans la foulée des négociations, Laframboise briguera une seconde prolongation de mandat, dont le vote s’avère nul (17 voix pour, 17 voix contre), ce qui signifie que Laframboise doit céder sa place comme président.

Créant la surprise au sein des membres de l’UMQ, Laframboise se présente quelques mois plus tard comme député du Bloc Québécois pour le comté d’Argenteuil-Papineau-Mirabel. Il est élu, et sera réélu aux élections subséquentes jusqu’à celles de 2011, élections qui voient la « vague orange » du Nouveau Parti démocratique (NPD) remporter la majorité des comtés au Québec. Durant son passage à la Chambre des communes, il sera le porte-parole officiel du parti en matière de Transport, de l’Infrastructure et des Collectivités. Laframboise poursuivra tout de même sa carrière en politique, remportant en 2014 et en 2018 les élections provinciales dans la circonscription de Blainville, sous la bannière de la Coalition Avenir Québec (CAQ). Il est aujourd’hui président du caucus du gouvernement.

Pour ne rien manquer des activités entourant le centenaire de l’UMQ, visitez régulièrement la section spéciale du site Web de l’Union au cours des prochains mois et suivez les publications à venir sur les réseaux sociaux par le biais du mot-clic #100ansUMQ.

Suivez-nous