Partager

Les gouvernements de proximité mobilisés pour mieux affronter les changements climatiques

Gatineau, le 21 mars 2019 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) dresse un bilan positif du Sommet municipal – Résilience Climat, tenu aujourd’hui à Gatineau. L’événement a en effet réuni plus de 250 élues, élus et gestionnaires municipaux, experts et partenaires de partout au Québec.

« Les municipalités sont en première ligne lorsqu’il est question d’adaptation aux changements climatiques. Ce troisième rendez-vous phare de l’Union sur cet enjeu incontournable a permis de mettre en lumière le leadership et la proactivité des gouvernements de proximité pour faire face efficacement à cette nouvelle réalité climatique. L’UMQ, sous l’impulsion de son Comité sur les changements climatiques, poursuivra ses efforts au cours des prochains mois pour accompagner ses membres à ce chapitre », a déclaré la présidente ex-officio, présidente du Comité sur les changements climatiques de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

« À voir la mobilisation des nombreux élus, acteurs municipaux et organismes environnementaux dans ce forum, nous ne pouvons plus faire comme si le changement climatique n’existait pas. C’est une réalité préoccupante qui peut frapper nos villes à tout moment: quel que soit leur taille ou leur position géographique. Nous avons aujourd’hui une responsabilité comme élus : nous préparer en conséquence devient une nécessité absolue et l’accompagnement doit se faire avec les différents paliers de gouvernement », a déclaré le président du Caucus des grandes villes de l’UMQ et maire de Gatineau, monsieur Maxime Pedneaud-Jobin.

Organisé en collaboration avec Ouranos, le sommet a permis de faire le point sur le rôle, les responsabilités et les défis des gouvernements de proximité en matière d’adaptation et de préparation face aux impacts des changements climatiques, en se basant sur les meilleures pratiques établies et les leçons apprises par les municipalités ayant déjà eu à y faire face.

« Le niveau élevé de participation et les échanges très dynamiques afin de trouver les solutions pour réduire et gérer les risques que provoquent les changements climatiques, confirment que cet événement fut un important succès », a souligné monsieur Alain Bourque, directeur général d’Ouranos.

Des élues, élus et gestionnaires de huit municipalités et MRC – Granby, Matane, Montréal, Percé, Saint-Bruno-de-Montarville, Trois-Rivières, Victoriaville, MRC de Papineau – ont d’ailleurs présenté des exemples d’initiatives locales en adaptation aux changements climatiques pouvant être implantées dans d’autres communautés, alors que Gatineau est revenue sur les aléas climatiques avec lesquels elle a dû composer en 2017-2018 et sur les moyens utilisés pour y faire face.

Des représentants des partis fédéraux étaient également sur place. Messieurs Alain Rayes, lieutenant politique pour le Québec du Parti Conservateur du Canada et Alexandre Boulerice, chef adjoint du Nouveau Parti Démocratique, ont présenté leur plateforme électorale en matière d’environnement et répondu à de nombreuses questions au sujet des défis en lien avec les changements climatiques actuels.

Rappelons que plusieurs initiatives locales et municipales en matière d’adaptation aux changements climatiques peuvent être consultées en ligne sur la plateforme PhareClimat.com, un outil de référence unique en son genre élaboré par l’UMQ et le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ), en collaboration avec la Fédération canadienne des municipalités (FCM), Réseau Environnement, le Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD) et l’Association québécoise pour la maîtrise de l’énergie (AQME).

Un financement adéquat nécessaire pour des communautés plus résilientes

Le sommet a également donné l’occasion aux élues et élus de discuter des outils que les gouvernements fédéral et québécois devraient mettre à la disposition des décideurs municipaux, alors que la facture liée aux changements climatiques est de plus en plus élevée. Rappelons qu’une étude inédite dévoilée hier par le Caucus des grandes villes de l’UMQ démontre en effet que les coûts d’adaptation aux changements climatiques pourraient atteindre, au cours des prochaines années, 2 milliards $ pour les grandes villes et le double pour l’ensemble des municipalités.

L’UMQ inscrira d’ailleurs au cœur de la plateforme électorale qu’elle dévoilera prochainement en vue de la campagne électorale fédérale le soutien financier aux municipalités pour mieux s’adapter aux changements climatiques.

Suivez-nous