Partager

Joseph Beaubien, co-fondateur et premier président de l’UMQ

Montréal, le 22 mars 2019 – Membre fondateur de l’UMQ, Joseph Beaubien consacre sa vie à faire avancer la cause municipale. Né à Outremont en banlieue de Montréal, il est très attaché à sa communauté. En 1899, il choisit la voie de la politique municipale pour faire avancer ses projets et se fait élire échevin. Il est ensuite très actif durant les années 1900 et 1910, notamment sur le plan des institutions scolaires de sa ville. Il contribue d’abord à la création de la première école catholique d’Outremont en 1897. Puis, à titre de président de la Commission scolaire Saint-Viateur, il contribue à la création de deux nouvelles écoles : l’une mixte et bilingue et l’autre francophone et catholique. Cette dernière, l’Académie Querbes, se démarque par son avant-gardisme et sa modernité. Beaubien contribue également à la revitalisation de la Strathcona Academy, réservée aux anglophones, et permet la construction du Collège Stanislas, qui offre alors aux francophones une alternative au collège classique.

En 1910, il est élu maire de sa ville et devient un fervent adepte du progrès et de la politique municipale active. Déjà, alors qu’il est échevin en 1908, il réussit à convaincre le conseil municipal d’entreprendre de vastes travaux d’aménagement urbain : développement de nouvelles rues, constructions de nouvelles infrastructures, création d’espaces verts, amélioration des services d’incendies, d’éclairage et de déneigement. Ces projets ne font que s’accélérer une fois qu’il devient maire. Le but de Beaubien est alors de rendre sa ville attrayante pour y attirer la bourgeoisie et la classe moyenne. L’opération est un succès et Outremont devient à l’époque l’une des banlieues les plus prospères de la métropole.

En 1919, Beaubien participe avec enthousiasme à la création de l’Union des municipalités de la province de Québec et en devient le premier président. Il détient d’ailleurs le record du plus long mandat à la présidence, ayant occupé ce poste de 1919 à 1938 (soit près de 20 ans). Durant ses mandats successifs, l’Union prospère et entretient des liens étroits avec le gouvernement libéral en place. Le principal dossier que Beaubien gère durant sa présidence est la question de l’annexion des banlieues montréalaises à la métropole. Au départ favorable à ce projet, Beaubien change d’idée en 1904 après l’annulation du premier projet d’annexion et devient un ardent défenseur de l’autonomie des banlieues. À titre de maire de sa ville mais aussi de président de l’UMQ, il participe aux travaux de la Commission de la Charte de la cité de Montréal créée en 1920 comme l’un des cinq représentants des municipalités de l’île de Montréal. Comme alternative à l’annexion, il propose un modèle de gouvernance métropolitaine de type fédéral inspiré de Londres, mais ses collègues ne lui donnent pas leur appui et on assiste plutôt à la création en mars 1921 de la Commission métropolitaine de Montréal (CMM). Après son long mandat à l’UMQ, Beaubien demeure maire d’Outremont pendant encore 11 ans et meurt en poste en 1949. L’Union lui rend un hommage posthume le 6 mai 1999 lors de ses assises annuelles.

Pour ne rien manquer des activités entourant le centenaire de l’UMQ, visitez régulièrement la section spéciale du site Web de l’Union au cours des prochains mois et suivez les publications à venir sur les réseaux sociaux par le biais du mot-clic #100ansUMQ.

Suivez-nous