Partager

Fonds pour l’adaptation de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

Publié le 5 novembre 2021

À l’occasion de la 26e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le premier ministre du Québec, François Legault, est fier d’annoncer l’octroi d’une contribution de 10 M$ au Fonds pour l’adaptation de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques . Par cet engagement, le Québec vient tripler sa contribution par rapport à celle de 2019. Il s’inscrit ainsi dans l’esprit de l’Accord de Paris, qui appelle à une hausse du financement international en faveur des pays en développement particulièrement vulnérables aux impacts des changements climatiques.

Au fil des années, le Québec s’est positionné comme un acteur engagé sur le plan de la coopération climatique internationale. Il a d’ailleurs pris l’engagement, dans le Plan pour une économie verte 2030 (PEV 2030), de poursuivre les efforts entrepris avec les pays les plus vulnérables aux répercussions des changements climatiques. La présente contribution, financée par le Fonds d’électrification et de changements climatiques, répond donc à l’un de ces engagements visant à renforcer la collaboration intergouvernementale et internationale. Dans une lettre envoyée le 12 octobre 2021 au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le Comité consultatif sur les changements climatiques avait d’ailleurs recommandé au Québec de majorer son soutien aux pays vulnérables en développement.

Depuis le 1er janvier 2019, le FA est devenu le principal mécanisme financier en matière d’adaptation pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ce fonds bénéficie d’une grande crédibilité au sein de l’architecture internationale du financement climatique, en raison de son mandat distinct et de sa capacité à appuyer la réalisation de projets d’adaptation pertinents permettant d’obtenir des résultats concrets sur le terrain.

Suivez-nous