Entente Québec-Municipalités sur la fiscalité –
L’UMQ lance une tournée des chambres de commerce

Gatineau, le 22 août 2019 – C’est par un premier arrêt à la Chambre de commerce de Gatineau que l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a lancé sa tournée des chambres de commerce du Québec pour sensibiliser les citoyennes et les entreprises aux enjeux entourant la signature du prochain pacte fiscal. Sous le slogan « Le contribuable fait sa part. Au gouvernement de faire la sienne », l’UMQ rappelle que le gouvernement du Québec a les marges de manœuvre pour éviter d’importants impacts fiscaux sur les contribuables.

Depuis juin 2019, l’UMQ a entrepris des négociations avec le gouvernement du Québec en vue de conclure une nouvelle entente Québec-Municipalités, aussi appelé pacte fiscal. Souhaitant élargir la conversation à l’ensemble des contribuables, monsieur Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville, rencontrera dans les prochaines semaines les gens d’affaires d’un peu partout au Québec.

« C’est à un vrai débat de société que nous convions les citoyennes et les citoyens. Si le prochain pacte fiscal ne règle pas l’impasse dans laquelle s’enfoncent les municipalités, la dépendance à l’impôt foncier sera telle que la situation deviendra rapidement intenable pour les gouvernements de proximité et les contribuables. Pour éviter ce scénario catastrophe, nous avons trois demandes pour le gouvernement : le transfert de l’équivalent de 1 % de la TVQ, le plein paiement des taxes sur les immeubles gouvernementaux et un meilleur partage des revenus tirés des ressources naturelles », a déclaré d’entrée de jeu Monsieur Cusson.

« Le contribuable fait sa part. Au gouvernement de faire la sienne »

Alors que les municipalités ont fortement contribué au retour à l’équilibre budgétaire, le gouvernement du Québec a les marges de manœuvre pour répondre positivement aux demandes des gouvernements de proximité.

« Tout le monde le sait. La taxation foncière est un modèle en fin de vie qui date d’une autre époque. Non seulement est-il un cul-de-sac, alors que le cadre bâti ne suit plus la croissance économique, mais les changements économiques et démocratiques mènent les finances des municipalités dans une impasse. Ce que nous demandons, c’est que le gouvernement fasse partie de la solution et utilise une partie de ses importantes marges de manœuvre pour régler la situation. Le contribuable fait sa part. Au gouvernement de faire la sienne », a renchéri Monsieur Cusson, qui rappelle que pour l’année 2019, le gouvernement du Québec a dégagé un surplus budgétaire de près de 7,5 milliards $.

Rappelant que 70 % de l’ensemble des revenus des municipalités provient des taxes foncières, l’UMQ invite le gouvernement du Québec à faire sa part, notamment en payant 100 % des taxes sur ses immeubles.

« Chez nous, à Gatineau, le refus du gouvernement du Québec de payer l’entièreté de ses taxes foncières représente un manque à gagner de 60 millions $ depuis les fusions municipales. C’est autant d’argent que nous avons été dans l’obligation d’aller chercher ailleurs», a conclu le président du Caucus des grandes villes de l’UMQ et maire de Gatineau, monsieur Maxime Pedneaud-Jobin.

La campagne, qui s’intensifiera au courant des prochaines semaines, fera notamment arrêt dans les chambres de commerce de Sherbrooke (23 août), Saguenay (10 septembre), Québec (12 septembre) et Rimouski (17 septembre). Tous les détails relatifs à la tournée et aux priorités de l’UMQ dans le cadre des négociations du prochain pacte fiscal sont disponibles sur le site umq.qc.ca/pactefiscal.

Suivez-nous