Partager

Élection Canada 2019 : le Comité maritime de l’UMQ interpelle les partis fédéraux

Publié le 29 mai 2019

Sept-Îles, le 29 mai 2019 – Les membres du Comité maritime de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont profité de leur rencontre à Sept-Îles, dans le cadre du premier Congrès international sur la recherche scientifique industrialo-portuaire (CIRSIP 2019), pour interpeller les partis fédéraux afin qu’ils se prononcent sur certaines demandes de l’UMQ pour les élections canadiennes de l’automne prochain. Les élues et les élus présents ont aussi fait part de leur intention de lancer une vaste réflexion sur les coûts économiques et sociaux du transport routier.

Une vingtaine de mairesses et de maires se sont réunis pour discuter des enjeux prioritaires pour les communautés riveraines du Saint-Laurent. « Nous sommes tous ici des représentants de communautés qui savent ce que représentent les défis quotidiens d’être voisines de cours d’eau et de rivières. C’est donc en connaissance de cause que nous demandons deux choses au prochain gouvernement du Canada. D’abord, en droite ligne avec la plateforme électorale fédérale de l’UMQ, nous souhaitons que de gouvernement à gouvernement, Ottawa nous donne les moyens pour développer nos infrastructures portuaires. Ensuite, et parce que cela a trop longtemps duré, nous demandons que les chantiers maritimes du Québec reçoivent leur juste part des investissements canadiens », a déclaré d’entrée de jeu monsieur Jérôme Landry, président du Comité maritime de l’UMQ et maire de Matane.

Pour les municipalités riveraines, la vétusté avancée des ports sous responsabilité fédérale est un réel frein à leur dynamisme. Problème connu et dénoncé depuis longtemps, le Comité maritime de l’UMQ est confiant de pouvoir obtenir des engagements des différents partis politiques du Canada d’ici le scrutin du 21 octobre prochain.

Les coûts économiques et sociaux du transport routier dans le viseur de l’UMQ

Consciente de l’importance de l’intermodalité et de l’utilisation de l’ensemble des secteurs du transport, les membres du Comité maritime ont également discuté du lancement prochain d’une vaste réflexion sur les coûts économiques et sociaux du transport routier. « L’objectif est simple : identifier le meilleur mode de transport selon le type de marchandise. Oui, la route est essentielle, mais nous devons valoriser le maritime comme le rail. Ainsi, on peut diminuer la pression sur le réseau routier qui, on le sait, comporte plusieurs désagréments et coûts », a conclu monsieur Réjean Porlier, maire de Sept-Îles et administrateur régional de l’UMQ pour la Côte-Nord, qui prend en exemple les travaux effectués sur le même sujet pour la région.

Suivez-nous