Partager

Développement des entreprises d’économie sociale

Publié le 1 Décembre 2020

Image

La ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Mme Marie-Eve Proulx, a dévoilé le Plan d’action gouvernemental en économie sociale (PAGES) 2020-2025. En tout, 137 millions de dollars seront investis au cours des cinq prochaines années pour soutenir sa mise en œuvre. De ce montant, 15 millions de dollars serviront à favoriser la relance.

Le PAGES vise trois objectifs :

  • mobiliser les entreprises d’économie sociale pour accroître leur réponse aux besoins de la population;
  • stimuler l’innovation dans leurs pratiques d’affaires et leurs investissements;
  • mettre en valeur l’entrepreneuriat collectif comme moyen de créer de la richesse au bénéfice de tous.

Il appuiera, entre autres, la réalisation de projets innovants en lien avec quatre grandes priorités :

  • la réponse au défi démographique;
  • l’innovation et les technologies;
  • l’autonomie alimentaire;
  • l’économie circulaire et l’environnement.

À terme, le PAGES 2020-2025 devrait générer des investissements de 520 millions de dollars alors que 3 500 activités d’accompagnement et de financement seront offertes aux entreprises d’économie sociale partout au Québec d’ici 2025.

En tout, 25 mesures sont ainsi prévues dans le cadre de ce plan pour :

  • renforcer le continuum de services d’accompagnement spécialisé;
  • accentuer la reprise collective d’entreprises;
  • intensifier le développement de secteurs stratégiques;
  • accroître l’adoption de pratiques d’affaires innovantes;
  • stimuler la capitalisation et l’investissement;
  • sensibiliser la population à l’entrepreneuriat collectif;
  • faciliter l’acquisition et le transfert de connaissances en économie sociale.

Ce plan renforcera les partenariats entre le gouvernement et l’écosystème québécois de l’entrepreneuriat collectif, y compris les intervenants des milieux coopératif et mutualiste et ceux des organismes à but non lucratif en économie sociale. Il accentuera aussi la synergie avec les acteurs locaux et régionaux de tous les secteurs afin d’optimiser les retombées des entreprises d’économie sociale.

Source

Suivez-nous