Début de session parlementaire à Québec

Montréal, le 8 février 2016 – À la veille de la reprise des travaux à l’Assemblée nationale, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) rappelle aux parlementaires que les attentes du monde municipal sont grandes compte tenu des engagements de l’Accord de partenariat avec les municipalités signé en septembre dernier. Pour l’UMQ, il est impératif que les réformes promises soient au rendez-vous, tant au plan des relations du travail, que de l’autonomie et de l’allégement réglementaire.

« Les municipalités font face à des défis importants en matière de développement économique, social et d’environnement. Nous souhaitons avoir la capacité d’agir pour offrir les meilleurs services et la meilleure qualité de vie à nos citoyennes et citoyens. Ni le gouvernement du Québec, ni les municipalités n’ont de ressources à gaspiller. L’efficience doit être au rendez-vous. Le temps est venu de mettre en place les réformes que nous attendons depuis longtemps au bénéfice de la population. Les engagements de l’Accord de partenariat vont dans ce sens et nous devons les concrétiser le plus rapidement possible », a indiqué la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

L’UMQ est persuadée que le nouveau ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, monsieur Martin Coiteux, qui connaît bien les enjeux de l’Accord de partenariat avec les municipalités, fera le nécessaire pour les concrétiser.

Révision du cadre des relations du travail
L’Union souhaite des modifications législatives révisant le cadre des relations du travail dans le milieu municipal afin de rééquilibrer le rapport de force et permettre aux municipalités de gérer les services publics en fonction de la capacité de payer des contribuables. Elle rappelle notamment qu’en novembre 2015, une enquête de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) révélait qu’en moyenne, les employés municipaux touchaient une rémunération annuelle globale de 39,5 % plus élevée par rapport à un emploi similaire dans la fonction publique du Québec. Cet écart n’a cessé de croître depuis 2000, alors qu’il était de 24,3 %.

Rapport Perrault
L’UMQ souhaite la mise en œuvre des recommandations du rapport du Groupe de travail sur la simplification des redditions de comptes des municipalités au gouvernement (Rapport Perrault). Le Groupe de travail a estimé que les administrations municipales consacrent quelque 2,5 millions d’heures en reddition de comptes et cela sans compter les heures des fonctionnaires des ministères qui doivent les traiter. Le président du Groupe de travail écrit dans ce rapport : « Chose certaine, reconnaître les municipalités comme des gouvernements de proximité, c’est mettre fin à ce climat de surveillance coûteux et inefficace. Pour le citoyen, c’est être assuré que chaque dollar soit plutôt investi dans l’amélioration des services ».

Infrastructures
L’UMQ a par ailleurs rappelé l’urgence de mettre en œuvre le volet provincial et territorial du Fonds Chantiers Canada-Québec. Lancé en avril 2014, ce programme offre plus de 1,6 milliard de dollars au Québec pour financer ses projets d’infrastructures. Or, aucun projet municipal n’est encore engagé!