Partager

Consigne sur le verre et le plastique –
Une réforme complète du système de collecte sélective demeure urgente, selon l’UMQ

Publié le 30 janvier 2020

Montréal, le 30 janvier 2020 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille positivement l’annonce faite aujourd’hui, par le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, monsieur Benoit Charette, d’élargir la consigne au verre et au plastique. Si cette mesure représente un pas dans la bonne direction, l’Union insiste toutefois sur l’urgence d’entreprendre en parallèle une réforme en profondeur de l’ensemble du système de récupération et de recyclage au Québec, misant sur la responsabilité des producteurs.

« L’élargissement de la consigne au verre et au plastique constitue assurément une avenue intéressante pour encourager les citoyennes et citoyens à récupérer davantage et accroître notre performance collective en matière de recyclage. Or, ce n’est qu’une partie de la solution à la crise que traverse présentement l’ensemble de notre système de collecte sélective et qui alourdit le fardeau financier de l’ensemble des municipalités. Nous devons rapidement réformer de fond en comble le modèle actuel et responsabiliser davantage les producteurs », a déclaré la présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

Rappelons qu’en 2019, l’Union a participé activement aux travaux du comité d’action pour la modernisation de la récupération et du recyclage, mis sur pied par le ministre Charette. Le comité lui a remis en octobre dernier un projet de réforme en profondeur du système. Cette proposition est axée autour du principe de responsabilité élargie des producteurs qui mettent en marché des contenants, des emballages, des imprimés et des journaux, afin de rendre ces derniers imputables sur ce qu’ils mettent en marché et de les impliquer dans la création de débouchés.

L’UMQ est par ailleurs satisfaite du maintien à court terme des services de collecte et de tri des matières recyclables pour les citoyennes et citoyens des 26 municipalités des régions de Montréal, Châteauguay et Saguenay affectées par la décision du groupe TIRU de se retirer du marché québécois. Les organisations municipales ayant assumé des pertes financières importantes depuis les dernières années, l’Union apprécie également l’engagement du gouvernement du Québec de mettre en place des solutions à moyen et long terme, entre autres pour éviter l’impact financier de cette fermeture pour les municipalités concernées.

L’UMQ et ses membres offrent leur pleine collaboration au gouvernement afin de mener cet exercice à terme et de favoriser une transition réussie, au sein de laquelle seraient particulièrement prises en compte les différentes réalités régionales du territoire québécois et les spécificités locales en termes de débouchés et d’opportunités.

L’UMQ en action

Au cours des dernières années, l’UMQ a par ailleurs entamé une réflexion plus large sur la modernisation de la collecte sélective. À la suite de la crise des matières de 2018, l’Union a mis sur pied un comité sur le recyclage qui a commandé à la firme Chamard stratégies environnementales une étude étoffée sur la situation des centres de tri et les meilleures pratiques afin d’outiller les organisations municipales pour faire face aux fluctuations du marché.

« Alors que les centres de tri débordent et que les sites d’enfouissement se remplissent, le Québec doit se doter d’une vision globale et efficace de la gestion des matières résiduelles, avec des objectifs clairs de récupération et de valorisation. C’est ainsi qu’il parviendra, avec le soutien des gouvernements de proximité et des autres partenaires concernés, à générer une véritable économie circulaire, au bénéfice des générations futures », a conclu Madame Roy.

Suivez-nous