Classement des collectivités entrepreneuriales au Canada

Montréal, le 4 avril 2019 – En 2018, plusieurs villes québécoises se sont démarquées dans le classement de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) sur les collectivités entrepreneuriales du Canada. Neuf collectivités se classent parmi les vingt meilleures au pays, dont cinq dans le top dix. Victoriaville, Rimouski, Rivière-du-Loup, Saint-Georges et Val-d’Or arrivent respectivement au 3e, 4e, 5e, 8e et 9e rang à l’échelle nationale. Saint-Hyacinthe (12e), Drummondville (18e), Sherbrooke (19e) et Trois-Rivières (20e) sont les autres villes québécoises dans le top 20.

Classement général 2018

  1. Whitehorse, Yukon
  2. Winkler, Manitoba
  3. Victoriaville, Québec
  4. Rimouski, Québec
  5. Rivière-du-Loup, Québec
  6. Collingwood, Ontario
  7. Grande Prairie, Alberta
  8. Saint-Georges, Québec
  9. Val-d’Or, Québec
  10. Squamish, Colombie-Britannique

De grandes villes du Québec qui font aussi bonne figure

Au classement des grandes villes canadiennes (population de plus de 150 000 habitants), le Québec fait aussi bonne figure avec quatre villes dans le top 5. Sherbrooke et Trois-Rivières arrivent respectivement en 2e et 3e position. La banlieue de Montréal, qui regroupe des municipalités de la couronne nord et sud dont Laval et Longueuil, et Gatineau se hissent au 4e et 5e rang respectivement.

Classement des grandes villes 2018

  1. Kelowna, Colombie-Britannique
  2. Sherbrooke, Québec
  3. Trois-Rivières, Québec
  4. Banlieue de Montréal, Québec
  5. Gatineau, Québec
  6. Banlieue de Toronto, Ontario
  7. Saskatoon, Saskatchewan
  8. Regina, Saskatchewan
  9. Kitchener-Cambridge-Waterloo, Ontario
  10. Banlieue d’Edmonton, Alberta

Le rapport Les collectivités entrepreneuriales de la FCEI analyse annuellement les caractéristiques entrepreneuriales des 125 agglomérations et régions métropolitaines de recensement les plus peuplées au Canada. Un indice composé de 13 indicateurs regroupés dans trois catégories spécifiques (la présence, la perspective et les politiques) est calculé de manière à établir une cote relative sur 100 pour chaque collectivité analysée. La concentration d’entrepreneurs, le démarrage d’entreprise, le niveau d’optimisme et de réussite ainsi que les politiques fiscales et réglementaires font partie des indicateurs étudiés.

Deux nouvelles variables ont été ajoutées en 2018 (le ratio entre la taxe scolaire commerciale et résidentielle, ainsi que les revenus des travailleurs autonomes) et une a été retirée (la satisfaction à l’égard de la vie). Par conséquent, les notes et classements de 2018 ne sont pas en tous points comparables à ceux des années précédentes.

Pour plus d’information