Partager

Achalandage historique dans les parcs nationaux

Publié le 6 janvier 2021

Au-delà d’un achalandage historique et de retombées économiques importantes, une étude menée sur la fréquentation estivale des parcs nationaux de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) en 2020 met en lumière l’impact positif que les destinations de plein air ont sur le bien-être physique et psychologique de la population québécoise en temps de pandémie:

  • Hausse de 14 % de l’achalandage estival des parcs nationaux;
  • Taux de global de satisfaction de 92 % à l’égard de l’expérience dans les parcs nationaux cet été.

Une bouffée d’air frais après des mois de confinement

Les bénéfices sur la santé qui découlent du contact avec la nature et de la pratique d’activités en plein air ont été démontrés. Les parcs nationaux offrent un large éventail d’activités et d’hébergement pour faciliter à tous l’accès privilégié à la nature. Ainsi, parmi les personnes sondées:

  • La moitié (50 %) affirment avoir pratiqué plus d’activités de plein air et de sorties en nature qu’avant la pandémie
  • 87 % estiment que leur(s) visite(s) dans les parcs nationaux ont contribué à améliorer leur santé mentale;
  • 84 % disent en avoir ressenti des bénéfices physiques.

Un coup de pouce à la relance de l’industrie

La popularité des parcs nationaux de la Sépaq pendant l’été est venue appuyer la relance de l’industrie touristique souhaitée par le gouvernement du Québec. Elle rappelle aussi le rôle important de moteur joué par chaque établissement dans le dynamisme économique de sa région d’appartenance.

Chaque visiteur d’un établissement génère en moyenne des dépenses des 66 $ par jour à l’extérieur de l’établissement fréquenté. L’activité économique qui a découlé de la visite des parcs nationaux cet été a ajouté 309 millions $ au produit intérieur brut (PIB) du Québec. Elle a aussi a engendré 75,7 millions $ en retombées fiscales et parafiscales pour le gouvernement du Québec et a généré 4356 emplois directs, indirects ou induits.

Les données évoquées émanent principalement d’une étude menée au cours de l’automne auprès 38 000 visiteurs de parcs nationaux qui ont fréquenté les installations de la Sépaq entre le 20 mai 2020 et le 30 septembre 2020.

Source

Suivez-nous