Ateliers politiques

Ateliers politiques

JEUDI 21 MAI – 10 h 30 à 12 h

Nos commerces traditionnels connaissent des bouleversements sans précédent : l’économie numérique a changé bien des choses. On achète ce qu’on veut, 24 h sur 24, 7 jours sur 7, dans le confort de nos foyers, et en plus, nos colis sont livrés à nos portes, rapidement. S’ajoutent à cette transformation les habitudes de consommation des milléniaux qui sont bien différentes de celles des baby-boomers : achat local, exclusivité, éco-responsabilité. 

Les dynamiques commerciales sont multiples, des grandes artères commerciales en milieu urbain, aux « power centres » des banlieues, des rues « Notre-Dame » en région, aux épiceries du coin dans les villages, les commerces qui ont pignon sur rue essayent de naviguer dans ce nouvel univers en constante évolution.

Diversifier l’offre, miser sur l’expérience, créer des milieux de vie, enclencher un virage numérique, mais aussi changer le zonage et réorganiser les bâtiments conventionnels… Plusieurs solutions sont mises de l’avant par les acteurs du milieu. C’est une question de vitalité économique.

C’est le temps de partager nos idées!

⇒  Animateur
Marc-André Lechasseur
Avocat
Bélanger Sauvé Avocats

⇒  Panélistes
Jérôme Landry
Maire
Ville de Matane

Chantal Deschamps
Mairesse
Ville de Repentigny

Manon Cyr
Mairesse
Ville de Chibougamau

Christian Ouellette
Maire
Ville de Delson

Joé Deslauriers
Maire
Ville de Saint-Donat

Yves Montigny
Maire
Ville de Baie-Comeau

Luc Rabouin
Maire d’arrondissement Le-Plateau-Mont-Royal
Ville de Montréal

Doreen Assaad
Mairesse 
Ville de Brossard

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) est d’abord une organisation politique. Ses représentations auprès des gouvernements du Québec et du Canada sont névralgiques dans l’évolution même du monde municipal. La conclusion d’un nouveau partenariat Gouvernement-municipalités est une nouvelle preuve de l’utilité de son travail, mais surtout une nouvelle étape sur le parcours de la reconnaissance des gouvernements de proximité. L’heure est maintenant au bilan. Est-ce que le processus d’autonomie municipale est terminé? Quel est le nouvel horizon et gains politiques pour les municipalités?

Pour répondre à ces questions et se projeter dans l’avenir les municipalités, différents invités se pencheront sur le bilan politique pour les municipalités depuis le rapport Perrault et le dépôt du livre blanc sur l’autonomie municipale, sur le contexte politique dans lequel les municipalités s’inscrivent désormais après la signature du nouveau Partenariat Québec-Municipalités et les nouvelles étapes et gains à venir pour la construction politique des gouvernements de proximité.

De plus en plus, les gouvernements de proximité sont appelés à fournir des services diversifiés à leur population. Les attentes sont élevées et la population se tourne systématiquement vers leurs élues et élus municipaux lorsqu’il est temps d’agir, notamment en matière d’environnement, de changements climatiques, de sécurité publique, de développement économique et de transport routier.  

Comment concilier les attentes de la population en croissance avec des normes et exigences toujours plus strictes? La mise en commun des services et des équipements entre plusieurs municipalités au sein d’un même territoire est souvent la voie qui doit être privilégiée. Toutefois, plusieurs enjeux représentent un frein à cette initiative et plusieurs défis doivent être relevés avant même d’entamer une démarche de mise en commun de services. Parmi ceux-ci, nommons la perte du sentiment d’appartenance chez les citoyennes et les citoyens, la diminution du pouvoir décisionnel, ainsi que la difficulté d’évaluer clairement les coûts de revient et d’établir un rapport coûts/bénéfices favorable et consensuel. 

À la suite de la mise en place d’un comité sur les regroupements de services, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a mandaté la firme Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) afin de faire le portrait de la situation et de déterminer les meilleures pratiques relatives aux regroupements de services.  
Cet atelier permettra de présenter les grandes lignes de cette analyse et d’échanger avec les participantes et les participants à partir d’exemples concrets de regroupements de services. 

Le sujet de l’atelier sera déterminé selon l’actualité du moment.

 

JEUDI 21 MAI – 14 h 30 à 16 h

Représentant désormais plus du tiers de l’électorat, les moins de 35 ans ont leur mot à dire dans le jeu politique québécois. Les municipalités ont tout intérêt à mieux comprendre cette nouvelle cohorte d’électrices et d’électeurs qui n’ont pas les mêmes intérêts et attitudes que leurs aînées et aînés. Pour mieux outiller le monde municipal à intégrer les milléniaux dans leurs projets, mais aussi afin de prendre connaissance des comportements politiques de la jeunesse comme acteurs politiques incontournables, les assises annuelles de l’UMQ proposent aux déléguées et délégués un atelier sur les générations Y et Z, soit celle des personnes nées entre le début des années 80 et la fin des années 90 (génération Y) et celles nées entre la fin des années 90 et aujourd’hui (génération Z). 

Les participantes et les participants de l’atelier pourront mieux imaginer les façons d’intéresser les moins de 35 ans à la participation électorale municipale, situer le défi des candidatures jeunesses à un peu plus d’un an de la prochaine élection, s’outiller pour assurer une relève dans leurs conseils municipaux et comprendre les comportements et intérêts des Y et Z afin de bâtir une nouvelle approche en matière de services aux citoyennes et aux citoyens.

Également, l’UMQ a lancé l’outil de participation jeunesse qui vise à accompagner les municipalités et MRC souhaitant comprendre et accroître la participation des jeunes de 15 à 29 ans sur leur territoire. Cet atelier permettra de faire connaître davantage cet outil aux participantes et participants. 

⇒  Animatrice
Marie-France Bazzo
Animatrice et productrice

Au Québec, comme ailleurs dans le monde, le marché touristique se transforme. L’émergence d’une offre d’hébergement alternative à l’industrie hôtelière classique, combinée à l’essor des plateformes issues de l’économie du partage de type AirBnB, pose de nouveaux défis pour les municipalités.

L’offre d’hébergement touristique de court terme issue du parc résidentiel peut offrir de nouvelles opportunités d’affaire. Par contre, que ce soit en raison des nuisances imposées au voisinage qui sont liées à cette activité touristique ou en raison de leur rôle dans la diminution des logements disponibles sur le marché résidentiel, les nouvelles tendances en hébergement touristique peuvent s’avérer problématiques autant dans les milieux marqués par la villégiature que dans les centres urbains.

Les municipalités disposent de certains pouvoirs pour encadrer ces activités de manière spécifique que ce soit par les outils d’urbanisme, par l’attestation de la Corporation de l’industrie touristique (CITQ) ou par la fiscalité municipale. Toutefois, les changements actuels au cadre réglementaire provincial en la matière, le nombre d’acteurs impliqués et la complexité des mécanismes en place peuvent faire en sorte qu’il soit difficile de s’y retrouver.

Animatrice

Sandra Sirois
Animatrice, reporter et auteure

 

Personnes-ressources

Audrey-Anne Béland
Avocate
BCF
  Isabelle Landry
Avocate
BCF
         
Richard Ryan
Conseiller municipal
Ville de Montréal
   Joé Deslauriers
Maire
Saint-Donat

 

Les parcs industriels municipaux constituent le pouls économique des régions. Ils rassemblent dans un même lieu des infrastructures et des équipements de services qui permettent aux entreprises d’atteindre une productivité optimale.

En revanche, les besoins et attentes changent et chambardent le modèle traditionnel : la préoccupation environnementale est maintenant au cœur des projets mis de l’avant par les décideurs publics et privés. Les parcs industriels sont entrés dans une nouvelle ère!

Le défi environnemental est colossal, mais rentable à long terme. Les entreprises doivent miser sur la valorisation énergétique et la symbiose industrielle. Les municipalités doivent décloisonner les parcs industriels, créer des milieux de vie et combattre les îlots de chaleur.

Comment réconcilier le passé et l’avenir? Quelles sont les contraintes et les limites pour entreprendre ce virage vert? Quelles sont les retombées socio-économiques pour les quartiers avoisinants?

⇒  Animateur
Marc-André Lechasseur
Avocat
Bélanger Sauvé Avocats

⇒  Panélistes
Marianne Mathis
Chargée de projet – Technologies vertes
GROUPÉ Mauricie + Rive-Sud

Caroline Gagnon
Vice-présidente, développement économique
LGP Stratégies immobilières

Charles Bergeron
Responsable – Développement urbain durable
Conseil régional Environnement Montréal

L’implantation des maternelles 4 ans dans les prochaines années aura des impacts directs pour les camps de jours municipaux. L’accueil de ce nouveau groupe d’enfants vient toutefois mettre en lumière les importants défis auxquels sont actuellement confrontées les municipalités pour ce service de loisirs qui est devenu, au fil du temps, un service de garde essentiel durant l’été pour un nombre important de parents.

Intégration des enfants à besoins particuliers, difficultés à recruter du personnel d‘animation, manque de locaux adaptés, exigences de plus en plus grandes des parents, les défis sont nombreux!

Cet atelier propose de faire le point sur le plus ancien programme de loisirs municipal et ses perspectives d’avenir.

⇒  Panéliste
Brigitte Collin
Conseillère municipale Ville de Varennes

VENDREDI 22 MAI – 10 h à 11 h 30

Alors que les changements climatiques incitent l’ensemble des acteurs de la société à revoir leurs comportements et habitudes, un mouvement pour la durabilité, la transparence et la responsabilité s’impose au sein des sociétés modernes.

Ce mouvement est symbolisé par une volonté de compréhension des flux monétaires qui transigent au sein des municipalités et par une volonté profonde de responsabiliser les acteurs en fonction de leur comportement.

Qu’il s’agisse d’actions visant la réduction des GES, la réduction des matières résiduelles ou encore visant la protection de l’eau, les mesures éco-fiscales sont nombreuses et permettent une acceptabilité sociale beaucoup plus importante.

Au cours de cet atelier, les participantes et les participants auront l’opportunité de bénéficier d’un portrait de l’ensemble des outils éco-fiscaux à leur disposition, de comprendre les mécanismes visant à transformer la population en actrice principale du changement, d’apprendre à maîtriser les facteurs-clés de performance éco-fiscale et de pouvoir se comparer avec ce qui se fait de mieux autour de la planète.

Ensemble, plaçons le Québec à l’avant-garde de la transformation de la fiscalité municipale!

Les changements climatiques apportent leur lot d’incertitudes face à divers enjeux. Malgré cette incertitude, les organisations municipales cherchent à mieux planifier les impacts des conséquences avant, pendant et après les sinistres, comme les inondations par exemple. La gestion des débris en fait partie.

Ailleurs en Amérique du Nord, les expériences passées ont démontré qu’avoir un plan de gestion des débris après sinistre permet d’accélérer le processus de réhabilitation, de protéger la santé humaine et l’environnement, et d’obtenir un meilleur taux de récupération.

Plus récemment, la Solid Waste Association of North America (SWANA), en collaboration avec RECYC-QUÉBEC et Réseau Environnement, a traduit son expertise et adapté le contenu des Plans de gestion des débris après sinistre, au contexte québécois.

Cette démarche nouvellement abordée au Québec avec l’objectif de mettre en place une planification de la gestion des débris après sinistres, que ce soient les inondations, les tornades, les feux, etc.

⇒  Animatrice
Sandra Messih 
Directrice des opérations
Chamard stratégies environnementales

Alors que les variations du climat ne doivent plus être considérées comme des exceptions mais bel et bien comme des constantes, la difficulté croissante à prévoir le type, la fréquence et la quantité des précipitations oblige les décideurs publics à revoir et ajuster leurs pratiques de déneigement au sein de leurs municipalités.

Qu’il s’agisse de la planification en amont des schémas d’aménagement, des opérations sur le terrain ou encore de la communication aux citoyens et citoyennes en temps réel, de multiples aspects des pratiques actuelles sont amenés à être adaptés afin de pouvoir répondre aux besoins de la population.

Au cours de cet atelier, vous aurez l’occasion d’évaluer les enjeux modernes du déneigement dans une perspective globale, de découvrir de nouvelles façons de coordonner l’ensemble des parties prenantes et de bénéficier d’exemples concrets de solutions durables au bénéfice de tous.

⇒  Animateur
Pierre Prévost
Consultant, Analyses stratégiques et affaires gouvernementales
Pierre Prévost Conseil inc.

À l’heure où de nombreuses municipalités sont appelées à densifier leurs centres urbains, la préservation de maisons ou d’immeubles patrimoniaux est-elle un obstacle aux objectifs de développement durable qu’elles souhaitent atteindre? Doit-on privilégier la préservation des tissus urbains anciens ou bien tout mettre en œuvre pour augmenter l’offre de logements et d’emplois de proximité, quitte à sacrifier le patrimoine bâti de ces quartiers? Y a-t-il des avantages environnementaux à préserver nos bâtiments anciens?

Voilà des enjeux auxquels seront confrontées les municipalités dans leurs futurs choix d’aménagement à l’heure où notre patrimoine bâti apparaît, pour plusieurs, de plus en plus menacé de disparition.

⇒  Animatrice
Marie-Claude Lavallée
Conférencière et animatrice

Suivez-nous